Revue de Presse du 16 au 31 octobre

Revue de Presse du 16 au 31 octobre

150 150 Team Gekko

L’actualité Cloud & AWS décortiquée par Gekko !

AWS

Le service Amazon Elasticsearch annonce la prise en charge d’Amazon Virtual Private Cloud (VPC)
« Vous pouvez désormais configurer facilement l’accès à Amazon Elasticsearch Service à partir de votre VPC sans devoir configurer et gérer de règles de pare-feu et des stratégies d’accès basées sur l’IP pour chaque domaine. Cette nouvelle fonction vous permet de conserver l’ensemble du trafic entre votre VPC Amazon et Amazon Elasticsearch Service au sein du réseau AWS. Ce trafic ne passe pas par l’Internet public. La prise en charge de VPC pour Amazon Elasticsearch Service améliore la sécurité, simplifie l’administration du réseau et est disponible gratuitement aujourd’hui.
La prise en charge de VPC permet aux domaines Amazon Elasticsearch Service de recevoir des adresses IP à partir de votre VPC, ce qui isole en toute sécurité les domaines de l’Internet public. Vous pouvez utiliser vos groupes de sécurité VPC existants pour contrôler l’accès. Le contrôle d’accès peut être renforcé par l’application de stratégies AWS Identity and Access Management (IAM).
Elasticsearch est un célèbre moteur open source de recherche et d’analyse, qui peut être utilisé pour l’analyse des journaux, la surveillance des applications, la recherche en texte intégral, entre autres. Amazon Elasticsearch Service fournit des API faciles à utiliser et des capacités en temps réel parallèlement à la sécurité, la disponibilité et l’évolutivité nécessaires aux charges de production. »
https://aws.amazon.com/fr/about-aws/whats-new/2017/10/amazon-elasticsearch-service-announces-support-for-amazon-virtual-private-cloud-vpc/

Amazon EC2 Spot peut maintenant chiffrer vos volumes EBS au moment du lancement.
« Amazon EC2 prend désormais en charge le chiffrement des volumes EBS. Comme EC2 Spot crée les volumes EBS chiffrés lors du lancement, vous n’avez plus besoin de démarrer à partir d’un instantané chiffré ou d’un AMI chiffré. Pour utiliser cette nouvelle fonctionnalité, spécifiez « Encrypted: true » comme comportement de chiffrement au sein des mappages de périphérique de stockage en mode bloc, lorsque vous soumettez une demande Spot. Lorsque vous spécifiez « Encryption:true », Spot chiffre le volume EBS lors du lancement et crée les volumes chiffrés. Si vous avez déjà un volume EBS chiffré en cours d’utilisation, spécifiez l’ID de l’instantané sans l’indicateur « Encrypted » et Spot continuera à créer des volumes chiffrés dans votre instantané EBS chiffré existant. »
https://aws.amazon.com/fr/about-aws/whats-new/2017/10/amazon-ec2-spot-can-now-encrypt-your-ebs-volumes-at-launch-time/

Présentation des instances P3 Amazon EC2
« Nous avons le plaisir d’annoncer la mise à disposition des instances P3 Amazon EC2, la nouvelle génération d’instances GPU Amazon EC2 optimisées pour le calcul. Les instances P3 sont alimentées par jusqu’à 8 GPU NVIDIA Tesla V100 de dernière génération et conviennent parfaitement aux charges de travail de calcul avancé telles que l’apprentissage machine (ML), le calcul haute performance (HPC), la compression de données et le chiffrement. Elles conviennent également aux applications de secteur spécifiques pour le calcul et les simulations scientifiques, les analyses financières, ainsi que le traitement d’images et de vidéos.
Les instances P3 fournissent une plateforme puissante pour ML et HPC grâce aux 64 vCPU utilisant les processeurs personnalisés Intel Xeon E5, 488 Go de RAM et jusqu’à 25 Gb/s de bande passante réseau agrégée exploitant la technologie Elastic Network Adapter.
Reposant sur l’architecture la plus récente de NVIDIA, Volta, chaque instance GPU Tesla V100 fournit 125 Tflops de performances de précision mixte, 15,7 Tflops de performances de précision simple (FP32) et 7,8 Tflops de performances de précision double (FP64). Ces performances sont possibles car chaque GPU Tesla V100 comporte 5 120 cœurs CUDA et 640 cœurs Tensor. Une interconnexion hyper-mesh NVLink de 300 Go/s permet la communication entre GPU à haut débit et à faible latence.
Pour les applications ML, les instances P3 apportent des performances jusqu’à 14 fois supérieures à celles des instances P2, ce qui permet aux développeurs d’entraîner leurs modèles d’apprentissage machine en quelques heures contre plusieurs jours auparavant, avec à la clé une commercialisation plus rapide des innovations.
Les instances P3 sont disponibles en trois tailles d’instance : p3.2xlarge avec 1 GPU, p3.8xlarge avec 4 GPU et p3.16xlarge avec 8 GPU. Elles sont disponibles dans les régions USA Est (Virginie du Nord), USA Ouest (Oregon), UE Ouest (Irlande) et Asie-Pacifique (Tokyo). Les clients peuvent acheter des instances P3 sous forme d’instances à la demande, d’instances réservées, d’instances ponctuelles ou d’hôtes dédiés. »
https://aws.amazon.com/fr/about-aws/whats-new/2017/10/introducing-amazon-ec2-p3-instances/

Nokia et Amazon convergent vers le Cloud public
« La convergence de l’IT et des télécoms monte d’un cran. En témoigne le partenariat stratégique entre Amazon Web Services (AWS) et Nokia.
Les deux firmes vont collaborer afin d’accélérer la transition vers le Cloud public des opérateurs télécoms comme des entreprises.
Mettre son système d’information ou quelques applications dans le Cloud nécessite de bénéficier d’une connectivité optimisée avec une latence la plus faible possible, la virtualisation des réseaux pour automatiser le routage des services, sans oublier l’exploitation des objets connectés, accélérateur de la transformation numérique des entreprises.
Autant de domaines sur lesquels Nokia et AWS vont travailler de concert pour répondre aux exigences des utilisateurs propres à franchir le pas du Cloud public.
Quatre domaines
Concrètement, le partenariat portera sur quatre domaines :

  • Nokia offrira une gamme de services (conseil, conception, intégration, migration et opération pour l’infrastructure et les applications) pour accompagner les opérateurs qui basculeront leur infrastructure chez AWS.
  • La mise en place d’une stratégie pour développer l’usage de la 5G et des technologies Edge (datacenters en périphérie de réseau), notamment à travers une architecture de référence en direction à la fois des fournisseurs de service et des entreprises.
  • Faire une intégration transparente du SD-WAN de Nuage Networks (la filiale SDN de Nokia) pour les clients d’AWS afin qu’ils optimisent la connectivité de leurs succursales dans un environnement hybride (Internet, MPLS) avec tableau de bord unique.
  • Et la commercialisation, par les deux partenaires, d’offres d’exploitation IoT à travers les solutions MEC (Multi-access Edge Computing) et la plate-forme de gestion des objets Impact de Nokia complétée de Greengrass, la plateforme d’intelligence artificielle (Machine Learning) d’Amazon. »

http://www.silicon.fr/nokia-amazon-convergent-cloud-public-187409.html?inf_by=5981ddaf671db8ef0e8b4a7e

AWS rejoint Eurocloud France
« L’association Eurocloud France qui réunit à ce jour plus de 200 entreprises du secteur IT accueille Amazon Web Services en tant que nouveau membre. Une annonce qui intervient alors que l’acteur américain doit ouvrir avant fin 2017 trois datacenters en France. » (soit une région au sens AWS du terme ndlr).
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-aws-rejoint-eurocloud-france-69826.html

Résultats Amazon : un effet Whole Foods et un cloud toujours en croissance
« Les résultats de la firme américaine pour le 3e trimestre 2017 comprennent une ligne supplémentaire relative aux ventes « en magasins physiques ».
Le chiffre d’affaires associé (1,276 milliard de dollars) provient de la chaîne de magasins bio Whole Foods Market, dont Amazon a officiellement fait l’acquisition au mois d’août, pour plus de 13 milliards de dollars.
En incluant ces revenus, ainsi que 124 millions de dollars liés à l’évolution favorable des taux de change, le C.A. global sur le trimestre s’élève à 43,744 milliards de dollars, en hausse de 34 % d’une année sur l’autre.
Pour la première fois dans l’historique du groupe de Jeff Bezos, le segment des services capte plus d’un tiers des revenus (+ 44 % sur un an, 14,976 milliards de dollars).
Y est intégrée l’activité de la branche Amazon Web Services, qui franchit encore un palier en dégageant un résultat d’exploitation de 1,171 milliard de dollars (+ 36 %), sur un chiffre d’affaires de 4,584 milliards (+ 42 %).
Sur 12 mois glissants, le business du cloud représente près de 16 milliards de dollars – à comparer aux quelque 20 milliards que Microsoft affirme avoir dégagés sur la même période.
Le segment des services comprend aussi le programme de fidélité Amazon Prime, pour lequel aucune donnée n’est communiquée : il est inclus dans un sous-segment plus large qui comprend les services par abonnement, hors AWS (2,441 milliards de dollars, + 59 % en un an).»
http://www.itespresso.fr/resultats-amazon-whole-foods-cloud-174840.html?inf_by=598c1104681db83a068b47fc

Cloud

Docker ajoute Kubernetes à sa plateforme container
« Le fournisseur de conteneurs Docker a annoncé qu’il allait intégrer l’outil d’orchestration open source Kubernetes, offrant aux utilisateurs de sa solution Enterprise Edition le choix entre Kubernetes ou le gestionnaire de cluster maison Swarm. Le fondateur et CTO de Docker, Solomon Hykes, a indiqué à notre confrère d’IDG, à l’occasion de la DockerCon à Copenhague, que la décision était moins une réponse à une forte demande de la communauté, que le fait que, si Docker devait intégrer d’autres gestionnaires, le choix de Kubernetes a du sens. »
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-docker-ajoute-kubernetes-a-sa-plateforme-container-69728.html

OVH entend doubler ses datacenters dans le monde
« A l’occasion de son événement Summit Paris 2017 organisé à Paris mardi 17 octobre, OVH a annoncé son objectif de passer de 27 à plus de 50 datacenters dans le monde. Parmi les annonces marquantes, on retiendra le support d’Openstack pour les instances cloud privées ainsi que la création de la fondation OpenCloud.
Le fondateur et CEO Octave Klaba […] décline une succession de chiffres clés : plus de 2 100 collaborateurs, répartis dans 19 bureaux à travers le monde, pour un chiffre d’affaires en croissance de 30% cette année. Pour 2020, OVH voit grand. Très grand, puisque l’entreprise prévoit de flirter avec la barre du milliard d’euros et monter à 4 200 personnes. Une progression des effectifs qui s’inscrit dans la poursuite des efforts de recrutements récemment annoncés et un gigantesque plan d’investissement de 1,5 milliard d’euros comprenant notamment l’obtention de sa dernière ligne de crédit de 400 millions d’euros.
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ovh-entend-doubler-ses-datacenters-dans-le-monde-69713.html

DockerCon : IBM rejoint le programme de modernisation des applications de Docker
« A l’occasion de l’édition européenne de la conférence DockerCon qui se tient actuellement à Copenhague, Docker a confirmé son intention de positionner sa plateforme Docker Enterprise Edition sur les terres de la modernisation d’applications patrimoniales. Si la société avait initié en avril dernier son programme MTA(Modernizing Traditional Application) avec des partenaires clés du monde de l’entreprise (HPE, Cisco, Microsoft et Avanade, ainsi qu’Accenture), Docker gagne aujourd’hui le soutien d’un autre partenaire de poids : IBM.
Ce partenariat comporte plusieurs volets : la mise en place d’un programme dédié dont la vocation est de placer la plateforme Docker pour tisser une passerelle vers le Cloud d’IBM et migrer les applications .NET et Java. Si Docker est disponible sur les systèmes z/OS d’IBM, pour l’heure, Cobol ne semble pas être inclus – « nous n’avons pas vu d’entreprises qui migrent du Cobol », précise Patrick Chanezon.
Pour cela, Docker Enterprise Edition sera certifiée pour le Cloud de Big Blue. Ce dernier devient une infrastructure certifiée pour Docker EE. Big Blue proposera également une offre de support de niveaux 1 et 2 sur la solution globale.
Logiquement, les entreprises suivant ce programme pourront aussi s’appuyer sur le portefeuille d’applications et de services d’IBM, dont Watson.
Enfin, outre l’aspect technique, IBM mettra également à disposition ses activités de services IT pour initier ce programme MTA dont une grande partie porte sur l’accompagnement des entreprises. Une aubaine pour Docker car IBM compte 125 000 consultants dans le monde.
L’autre pan de ce partenariat est également la mise à disposition par IBM de DB2 et de WebSphere sur le Docker Store. »
http://www.lemagit.fr/actualites/450428507/DockerCon-IBM-rejoint-le-programme-de-modernisation-des-applications-de-Docker

IBM place Watson au coeur de ses offres IoT
« IBM voudrait faire de sa plateforme cognitive Watson le cerveau de contrôle de l’IoT pour les applications, de plus en plus nombreuses, qui pointent à l’horizon dans l’Internet des objets. Le fournisseur américain fait valoir son expertise en intelligence artificielle pour explorer ces montagnes de données collectées, fournir de nouvelles mises en oeuvre et contribuer à la prise de décision. L’adoption de technologies permettant de connecter de nouveaux périphériques au réseau est assez bonne, mais en proportion, peu de systèmes sont capables d’accomplir un travail significatif sur les flux de données remontées. Selon Bret Greenstein, vice-président de Watson IoT, la technologie est au centre des offres d’IBM dans ce domaine. En décembre 2015, big blue a ouvert en Europe, à Munich, un centre entièrement consacré aux expertises liées à l’Internet des objets autour de ses technologies cognitives. »
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ibm-place-watson-au-coeur-de-ses-offres-iot-69780.html

IBM tue Bluemix
« Une marque cloud pour les gouverner toutes. Ainsi semble être la stratégie choisie par IBM pour fédérer sous une seule ombrelle l’ensemble de ses produits et services d’informatique dans les nuages. Un an après avoir fait de Bluemix la marque principale de ses offres cloud au détriment de Softlayer (du nom de la société éponyme rachetée en juin 2013 pour 2 milliards de dollars), big blue a finalement décidé de la crucifier sur l’autel de la clarification.
« Notre objectif est de fournir un cloud facile à utiliser, unifié entre plusieurs déploiements et leader mondial dans la prise en charge des workloads critiques », a expliqué IBM dans un billet de blog. « Dans le cadre de notre travail continu pour construire le cloud conçu pour vous, nous unifions le public, le privé, l’hybride et le multi-cloud sous une même marque. Nous sommes IBM Cloud. Le Cloud pour votre entreprise. » »
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ibm-tue-bluemix-69870.html

IBM dresse une passerelle entre Cloud et applications historiques
« Comment profiter des avantages du Cloud sans remettre en cause les applications historiques des entreprises ? IBM vient de proposer une réponse : Cloud Private.
Cette nouvelle plate-forme logicielle a été conçue pour « permettre aux entreprises de disposer de fonctions caractéristiques du Cloud dans leurs datacenters afin d’accélérer le développement d’applications », selon la firme technologique pionnière.
Pour cela, IBM Cloud Private s’appuie sur l’orchestrateur de conteneurs open source Kubernetes, supporte les applications Docker mais aussi celles développées à partir de Cloud Foundry, le PaaS (Platform-as-a-Service) qui assure l’interopérabilité des applications entre les différents Cloud publics Microsoft Azure, Google Compute, AWS et, bien sûr, IBM Cloud.
Apporter le Cloud public au Cloud privé
Cloud Private intègre d’autres innovations dont l’automatisation de la gestion du Cloud (lancement, surveillance, gestion des services, garantie des protocoles de sécurité), Security Vulnerability Advisor (pour la sécurisation et le chiffrement des données) et le support des principales infrastructures matérielles : IBM Power Systems, Z et l’offre hyperconvergée avec Nutanix mais aussi les solutions concurrentes chez Cisco, Dell EMC, Lenovo, NetApp et Intel.
S’y ajoute l’intégration avec les services de base de données IBM DB2, PostgreSQL et MongoDB pour tirer parti de l’exploitation des données ainsi que le support d’applications et d’outils de développement.
IBM a ainsi délivré les versions conteneurisées du serveur d’applications Java EE Websphere Liberty, Open Liberty, MQ et Microservice Builder.
Enfin, des outils de gestion et de DevOps optimisés, incluant APM, Netcool et UrbanCode, peuvent être ajoutés moyennant des frais additionnels.
Outre l’optimisation des applications historiques pour le Cloud, IBM Cloud Private permettra, via ses services d’intégration et des API, de tirer parti des services proposés dans des Cloud publics ou des données exploitées dans d’autres zones du datacenter.
Autrement dit, IBM entend apporter les technologies du Cloud public au Cloud privé. »
http://www.silicon.fr/ibm-passerelle-cloud-applications-historiques-188989.html?inf_by=5981ddaf671db8ef0e8b4a7e

Cisco et Google s’associent sur le cloud hybride
« Google s’est tourné vers Cisco pour constituer une offre de cloud hybride qui permettra de déployer des applications et des services entre les installations sur site et la Google Cloud Platform. L’objectif est de proposer aux entreprises d’optimiser leurs investissements en planifiant leur migration vers le cloud à leur propre rythme. Elles pourront créer des applications dans le cloud ou sur site en utilisant les mêmes outils de développement et le même environnement de production, expliquent les deux partenaires dans un communiqué.
La solution conjointe s’appuie sur une version managée de Kubernetes pour orchestrer la gestion des ressources, des applications et des services à travers les environnements hybrides, ainsi que sur le catalogue de services de la Google Cloud Platform. Elle met par ailleurs en œuvre les technologies de réseaux et de sécurité de Cisco. La plateforme open source Istio qui supporte Kubernetes servira à constituer et monitorer le réseau de micro-services en gérant l’authentification. »
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-cisco-et-google-s-associent-sur-le-cloud-hybride-69800.html

Trimestriels Microsoft 2018 : Le CA Azure en hausse de 90%
« Microsoft a annoncé ses résultats financiers pour son trimestre clôturé au 30 septembre correspondant à son premier trimestre d’activité pour 2018. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la firme de Redmond commence son année sur les chapeaux de roue, ses principaux indicateurs étant en hausse significative. Concernant le chiffre d’affaires global, ce dernier augmente de 12% pour atteindre 24,5 milliards de dollars, alors que le résultat net progresse quant à lui de 15% à 7,7 milliards.
Dans le détail, les branches Productivity and Business Processes ainsi que Intelligent Cloud affichent de belles progressions. La première, regroupant les activités de services cloud Office, Dynamics ou encore Linkedin (1,1 milliard de revenus sur le trimestre), est ressortie en hausse de 28% à 8,2 milliards de dollars. A noter l’envolée de 42% de la croissance d’Office 365 de 42% et du cap des 120 millions d’utilisateurs pro atteint. Pour ce qui est de la seconde activité, Intelligent Cloud, ses revenus ont augmenté de 13% à 6,9 milliards, avec une mention particulière pour ceux issus de ses services cloud Azure qui se sont envolés (+89%). Seule ombre au tableau : les activités de services Entreprises qui ont stagné en raison du déclin des accords de support personnalisés. »
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-trimestriels-microsoft-2018-le-ca-azure-en-hausse-de-90-69819.html

Laisser une réponse